15.1.10

portes ouvertes

Quand un enseignant est absent, il n'y a pas toujours un remplaçant.
Donc on répartit les élèves qui n'ont pas d'enseignant, c'est-à-dire qu'on les sépare en petits groupes pour les mettre dans d'autres classes, des classes où il y a un maître ou une maîtresse.
Donc chaque enseignant sait qu'il a un certain nombre d'élèves en plus, et même, il sait les prénoms de ces élèves supplémentaires (et parfois il les reconnaît, mais pas toujours...)
Voilà pour la théorie.


En élémentaire, ça va, les élèves repèrent à peu près avec quelle classe ils sont.


En maternelle, je radote : "Après la récré, vous revenez avec moi. En sortant de la classe, vous me suivez bien. Après la cantine, vous remontez avec ma classe"...
Et puis je retrouve des élèves qui errent seuls dans les couloirs, ne sachant pas où aller. Mais ils ne sont pas inquiets, ils se baladent, tranquillement, jusqu'à ce que quelqu'un les ramène.
Et puis je récolte toujours 1 ou 2 élèves en plus (en plus des déjà supplémentaires, faut suivre !). Les paumés de l'école atterrissent inévitablement dans ma classe, même si ce n'est pas le bon étage.
Forcément, à laisser toujours ma porte ouverte, c'est un peu comme si je les invitais à venir...


Au début, j'essaie de retrouver leur classe d'accueil. Mais comme ils sont un peu paumés du cerveau, on n'arrive pas à savoir. Au bout d'un moment, j'abandonne, je les garde, j'aime les classes avec pleins pleins d'élèves...


Mais quand même, comment ça se fait que certains enseignants ne se rendent pas compte qu'ils n'ont plus tous les élèves qu'ils devaient accueillir pendant l'absence d'un collègue ?...


Bon, les jours sans remplaçant... je vais fermer ma porte, maintenant !

4 commentaires:

maikressemarinette a dit…

Heureusement que les parents ne se rendent pas toujours compte de ça... et heureusement que la porte de l'école est fermée!!
Moi, le pire, c'est quand j'ai fait des remplacements en maternelle. L'enfer à chaque récré, ça grouillait de partout et je n'avais jamais le nombre attendu. Et je balisais pour réussir à faire l'appel parmi les petits hurlants et qui ne parlaient pas.
"Comment tu t'appelles, hein, dis!!"
Et le soir, à la sortie.
"Bonjour, je vous donne lequel??"
(et j'imaginais une folle venant chercher un enfant, au hasard...)
"Ben donnez-moi un Kévin...".

Je Rêve a dit…

Bizarre, oui, que les collègues ne recherchent pas les numéros égarés !
Et dans une école de 3 classes (en élémentaire), tu récupères une 1/2 classe en plus de la tienne...
C'était le cas hier aprèm', 14 élèves en plus de mes 20 à moi. Impossible d'asseoir tout le monde, à part par terre au pied de la bibliothèque. Et la salle des fêtes qui sert de salle de sport habituellement (l'occasion d'organiser un grand grand jeu, pour une fois, quitte à ne pas pouvoir travailler de toutes façons !), la grande salle, donc, occupée par le tournoi de belote du club du 3ème âge... Arrrrrgh !!!
Heureusement que ça reste rare... Je déteste ces après-midi-garderie.

sylvette a dit…

marinette...oui, l'école est fermée, et en plus, il y a une gardienne et la cour ressemble à une prison ! donc je ne m'inquiète pas trop.
je rêve...c'est sûr, dans ces cas-là, il vaut mieux une école à 8 classes, on en récupère moins. Les collègues qui ne cherchent pas... je me tais, sinon je ne vais pas être sympa !

*Kati* a dit…

ben...on n'a pas droit à un pourcentage de perte?!
c'est pour ça qu'ils ne cherchent pas!
;)