30.7.09

pentu

Bon, ça y est, je circule en vélo dans la grande ville.

Si certains veulent s'y mettre, au vélo de ville, je ne suis pas sûre que je leur conseillerais de débuter ici. Il y a déjà longtemps que je me déplace dans les villes en vélo, alors Paris ne me faisait pas peur.

Le plus embêtant, pour l'instant, c'est que je cherche mon chemin. Alors je m'arrête toutes les 5 minutes pour sortir le plan, ça n'avance pas bien vite ! Et puis les boulevards sont longs, et les feux rouges... ben, ils sont partout. Et comme je cherche ma route, je lis les panneaux des rues, pour savoir où je suis. Du coup, l'autre jour, j'ai loupé un feu rouge... (et peut-être d'autres sans m'en rendre compte !).

Et puis c'est en pente, Paris, vraiment. Moi, j'étais habituée à des villes plutôt plates. Et là, je me suis fais une frayeur dans une pente. Sur mon plan, les pentes ne sont pas indiquées, ce n'est pas une carte de randonneurs ! Alors j'essaie d'aller au plus court... Et je me suis retrouvée en haut d'une rue, en me disant "j'y vais, ou j'y vais pas ?", tellement c'était pentu.

J'y suis allée.

Mes freins vont souffrir, ici, c'est certain.

Mais d'un autre côté, ce sera bien pour les mollets.

4 commentaires:

Citronnelle a dit…

Période d'adaptation...
C'est sûr que ça ne doit pas être si facile que ça de circuler à vélo à Paris !
Moi, je connais voiture, RER, métro et chaussures mais vélo, je n'ai jamais tenté... J'avoue que ça me ferais un peu peur et surtout , je ne suis pas sportive pour un sou ! (même pour deux !)

sylvette a dit…

le métro, je crois que ça va rester occasionnel, j'ai trop l'impression que ça va me "happer", me faire courir comme tout le monde.
Je ne suis pas sportive non plus : quand je fais du vélo en ville, je n'ai pas l'impression de faire du sport.

Coline a dit…

Quand j'habitais Paris, et que je circulais à vélo, j'avais acheté -en Allemagne- un écarteur, un petit drapeau au bout d'un bras accroché à ma roue arrière, qui faisait peur aux voitures et les obligeait à doubler large.
Les pentes on s'y fait.
Les pentes avec pavés, en revanche, ça demande un peu plus de temps.

sylvette a dit…

coline... pas d'écarteur pour l'instant, mais des réflexes de yeux partout acquis au fil des ans.